Ukraine/Russie - Interview de F.Hollande sur France Inter

Bernard GUETTA : Avant d’en revenir au Proche-Orient, on va faire une question simple. Que veut monsieur POUTINE en Ukraine ? Vous l’avez eu 25 fois au téléphone depuis le début de cette crise, vous l’avez rencontré 2 fois en face à face, que veut monsieur POUTINE ?

LE PRESIDENT : Monsieur POUTINE ne veut pas annexer l’Est de l’Ukraine.

Bernard GUETTA : Vous en êtes sûr ?

LE PRESIDENT : J’en suis certain.

Bernard GUETTA : Il vous l’a dit ?

LE PRESIDENT : Il me l’a dit. Alors, je pourrais ne pas le croire, je vois ce qu’il a fait en Crimée, ce n’est pas la même chose…

Bernard GUETTA : Est-ce qu’il ne veut pas instaurer un protectorat ?

LE PRESIDENT : Ce qu’il veut, c’est rester influent. Ce que veut monsieur POUTINE, c’est que l’Ukraine ne bascule pas dans le camp de l’OTAN…

Bernard GUETTA : Et vous bloquerez cette entrée de l’Ukraine dans l’OTAN ?

LE PRESIDENT : … l’idée étant, pour monsieur POUTINE, de ne pas avoir de présences militaires à ses frontières.

Bernard GUETTA : Bien sûr.

LE PRESIDENT : Ce que, nous, nous voulons de monsieur POUTINE, c’est qu’il respecte l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Ce que nous voulons de monsieur POUTINE, c’est qu’il ne soutienne plus les séparatistes. Ce que nous voulons de monsieur POUTINE, c’est qu’il y ait des relations économiques qui puissent se faire avec l’Ukraine. C’est pour cela que je cherche, depuis des mois, ce qui peut être l’accord, parce qu’il y a eu près de 5.000 morts. 5.000 morts à 2 h 00 / 3 h 00 de Paris… 5.000 morts…

Luc LEMONNIER : Bien sûr.

publié le 10/01/2015

haut de la page