Ukraine-Réponse de L.Fabius à une question à l’Assemblée nationale

10 février 2015

Devant les risques de guerre à trois heures d’avion de Paris, nous voulons donner toutes ses chances à la diplomatie et à la paix.

Sur le terrain et vous l’avez rappelé, depuis quelques semaines, la situation s’est dégradée d’une façon très grave. Pour tenter de stopper cette spirale, le président de la République française et la chancelière Mme Merkel ont pris une initiative diplomatique courageuse mais absolument indispensable. À Kiev d’abord puis à Moscou, la conversation s’est prolongée, aujourd’hui-même. Et, en ce moment, nos collaborateurs discutent et ils arriveront dans quelques heures à Minsk.

L’objectif maintenant est de réunir, demain, un sommet dans ce que l’on appelle le format Normandie. J’y travaille, nous y travaillons tous. Il faut rester prudent car rien n’est encore acquis mais nous faisons le maximum pour que le sommet de demain ait lieu et qu’il donne des résultats.

Les principes que nous défendons sont les suivants : le cessez-le-feu immédiat, le retrait rapide des armes lourdes, le contrôle effectif de la frontière, le respect de la souveraineté de l’Ukraine et la recherche d’un statut particulier pour les populations du Donbass, en restant le plus proche possible des accords de Minsk.

Nous voulons que le droit et la raison l’emportent. Avec l’Allemagne, nous allons continuer nos efforts parce que c’est la sécurité de l’Europe qui est en cause et ce que nous voulons, ce n’est pas simplement la paix sur le papier, mais c’est la paix en Ukraine sur le terrain.

publié le 11/02/2015

haut de la page