Syrie - Rapport de l’OIAC sur l’emploi d’armes chimiques à Saraqib (12 avril 2021) [ru]

La France salue la publication du deuxième rapport de l’équipe d’investigation et d’identification (IIT) de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC). Il fait suite au rapport publié le 8 avril 2020 qui avait conclu que du sarin et du chlore avaient été utilisés dans la localité de Latamné en Syrie, en mars 2017.

Ce nouveau rapport, issu d’un travail indépendant et impartial, identifie les auteurs d’emplois d’armes chimiques lors d’une attaque dans la localité de Saraqib en Syrie le 4 février 2018. Le recours à ces armes par le régime syrien, documenté et irréfutable, est inacceptable. Nous réitérons notre ferme condamnation de tout emploi d’armes chimiques en tout lieu, à tout moment, par quiconque et en toutes circonstances.

La France demeure pleinement mobilisée pour qu’une réponse appropriée soit apportée à ces agissements. C’est dans cet esprit qu’elle a présenté, au nom de 46 États parties de l’OIAC, un projet de décision intitulé « Contrer la détention et l’emploi d’armes chimiques par la République arabe syrienne », qui sera soumis à la seconde partie de la 25ème Conférence des États parties à la Convention sur l’interdiction des armes chimiques (CIAC), qui s’ouvrira le 20 avril prochain.

Elle appelle tous les États parties à la CIAC à soutenir ce projet de décision, afin de réaffirmer que l’emploi d’armes chimiques est inacceptable et que les violations répétées de la Convention ne peuvent rester impunies.

La France réaffirme sa position constante pour que les auteurs d’attaques chimiques soient sanctionnés. À cette fin, elle a notamment lancé en 2018 le partenariat international contre l’impunité d’utilisation d’armes chimiques, qui rassemble aujourd’hui 40 États et l’Union européenne.

publié le 13/04/2021

haut de la page