Situation en Ukraine : l’action de la France

Il faut reprendre le chemin de la négociation et enrayer la spirale du fait accompli et de l’affrontement ; respecter le cessez-le-feu sous le contrôle de l’OSCE ; et parvenir, conformément aux accords de Minsk, à un règlement diplomatique et politique de ce conflit.

Un objectif : la mise en œuvre des accords de Minsk

Des engagements ont été pris en septembre 2014 à Minsk par des représentants de l’Ukraine, de la Russie, des mouvements séparatistes et de la présidence suisse de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). La France, comme ses partenaires de l’Union européenne et de la communauté internationale, considère qu’il y a urgence à les mettre en œuvre sur le terrain. Notre objectif est qu’un véritable processus politique soit enclenché.

C’est la teneur du message que la France fait passer à la fois aux Russes et aux Ukrainiens :

Il faut reprendre le chemin de la négociation et enrayer la spirale du fait accompli et de l’affrontement ; respecter le cessez-le-feu sous le contrôle de l’OSCE ; et parvenir, conformément aux accords de Minsk, à un règlement diplomatique et politique de ce conflit.

Une méthode : fermeté et dialogue

Elle mène une politique de fermeté et de dialogue, pour tenter de faire taire les armes et d’aller vers un règlement politique du conflit.

  • Fermeté : l’Union européenne a adopté des sanctions visant des personnalités, des entreprises et des organisations russes et de Crimée.
  • Dialogue : Laurent Fabius s’est rendu à Kiev en février 2014, avec ses homologues allemand et polonais, afin de tenter de parvenir à une désescalade des tensions. La France a également été à l’initiative, en juin en Normandie, d’une rencontre entre la France, l’Allemagne, l’Ukraine et la Russie. D’autres réunions de travail ont été organisées en juin et juillet 2014. Une réunion dans ce format, élargie à l’Union européenne, à l’Italie et au Royaume-Uni s’est tenue à Milan en marge du forum Europe-Asie en octobre 2014. Le président de la République s’est rendu à Moscou le 6 décembre. Des rencontres ministérielles en format « Normandie » se sont tenues au début de l’année 2015. Toutes les semaines, des contacts téléphoniques ont lieu au plus haut niveau.

Un engagement : la solidarité

La France apporte son assistance à l’Ukraine dans plusieurs domaines, pour un montant total de 2,7 millions d’euros : aide humanitaire et médicale d’urgence, assistance aux déplacés, soutien à l’organisation des législatives de 2014, soutien aux réformes. Elle est pleinement engagée dans le soutien apporté dans le cadre européen. Elle a ainsi contribué à la mission humanitaire qui a commencé le 27 janvier, en fournissant six tonnes de matériel à destination de l’ensemble des populations dans le besoin.

Cette solidarité s’exerce également dans le cadre de l’OSCE : nous avons participé aux missions d’observation électorale organisées par le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’Homme (BIDDH) de l’OSCE en 2014. Le 26 octobre, la France a mis 18 observateurs à disposition auprès du BIDDH, parmi lesquels trois observateurs de longue durée et 15 de courte durée.

publié le 10/02/2015

haut de la page