Remise des insignes de Chevalier de la Légion d’honneur à Oleg Novitski (28 juin 2019) [ru]

Le 28 juin 2019, lors d’une cérémonie à la Résidence de France, Sylvie Bermann, a remis les insignes de Chevalier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur à Oleg Novitski en récompense de son rôle primordial dans le renforcement des relations franco-russes dans le domaine des vols habités.

Après une brillante carrière dans les forces aériennes russes comme pilote puis commandant d’escadron d’aviation, Oleg Novitski est sélectionné en 2006 par l’Agence spatiale fédérale russe pour faire partie du Détachement de Cosmonautes. Sa première mission dans l’espace a lieu le 23 octobre 2012 à bord du vaisseau Soyouz TMA-06M. Il passe près de cinq mois en orbite et, quelques mois après son retour sur Terre en mars 2013, il reçoit les titres de Héros de la Fédération de Russie et de Pilote-Cosmonaute de la Fédération de Russie. En 2014, il est affecté à l’équipage de réserve de l’expédition-48, et à l’équipage principal de l’expédition-50.

Pour son deuxième séjour dans l’espace, il prend le commandement du vaisseau Soyouz MS-03 qui décolle le 17 novembre 2016 du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan avec également à son bord Thomas Pesquet et l’astronaute américaine Peggy Whitson. Après 197 jours de travail dans la Station Spatiale Internationale, Oleg Novitski et Thomas Pesquet reviennent sur Terre au cours d’un voyage de 3h20 qui s’achève par un atterrissage parfait dans les steppes du Kazakhstan.

La coopération dans le domaine spatial et plus particulièrement dans le domaine des vols habités entre la Russie et la France est dépositaire d’une longue et riche histoire, et des liens très forts se sont tissés entre les astronautes de nos deux pays qui ont voyagé ensemble dans l’espace. Cette coopération a débuté en 1982 avec le séjour dans l’espace de l’astronaute français Jean-Loup Chrétien dans la station orbitale russe Saliout 7 en compagnie des cosmonautes russes Vladimir Djanibekov et Alexandre Ivantchenkov et a été suivie de nombreux autres vols habités franco-russes, à bord de la station orbitale russe MIR, puis de la Station Spatiale Internationale dont le dernier était, avant Thomas Pesquet, celui de Claudie Haigneré en 2001.

publié le 02/07/2019

haut de la page