Remise des insignes de Chevalier de l’Ordres des Arts et Lettres de la République Française au sculpteur Vladimir Sourovstev

« Votre message prend tout son sens en ces moments de troubles que traverse le Monde, en particulier au Moyen Orient et en Europe : commémorer les guerres, se souvenir des sacrifices des hommes et des femmes - militaires et civils - qui ont sacrifié leurs vies pour nous assurer la paix et la sécurité, c’est aussi et surtout s’engager pour que le monde soit épargné par de nouveaux conflits ».

Discours de son excellence Monsieur l’Ambassadeur de France en Russie

JPEGCher Vladimir SOUROVTSEV,

Vous êtes né à Moscou et avez étudié à la faculté de sculpture artistique de l’Institut technologique de cette ville.
Depuis 1984, vous êtes membre de l’union des artistes de Russie et vous avez aujourd’hui le titre d’« artiste du peuple » de la Fédération russe. Vous faites partie du conseil du Ministère de la Culture de Russie.

Vous êtes lauréat de très nombreux prix, en particulier du prix du Gouvernement de la Fédération de Russie, que vous avez obtenu en 2009. En 2011, vous avez été désigné comme « Homme de l’année » dans le domaine de la culture par l’Institut biographique de Russie.
Et l’on trouve vos œuvres dans plusieurs musées, et notamment à la galerie Trétiakov.

Votre grande spécialité est la sculpture monumentale et vous avez à votre actif près d’une quarantaine d’œuvres dans ce domaine.
Celles-ci ne se trouvent d’ailleurs pas seulement installées en Russie, mais dans 19 pays de par le monde.
JPEG
Si vous avez créé des monuments glorifiant des écrivains – au premier rang desquels Tchékhov - vous vous êtes particulièrement consacré au souvenir d’événements militaires.
Vous avez par exemple dessiné une très belle sculpture rappelant la rencontre des Alliés de l’Est et de l’Ouest sur l’Elbe.
Mais c’est bien sûr le lien particulier que vous entretenez avec la France qui est à l’origine de notre rencontre de ce soir, et je ne fais pas seulement référence à votre fille, qui a embrassé la même carrière que vous et qui rencontre un beau succès dans notre pays.

Vous êtes en effet l’auteur de très beaux monuments qui rappellent la fraternité d’armes entre la Russie et de la France.
On peut admirer deux de vos œuvres au Bourget - en souvenir de l’escadrille Normandie-Niemen - et cours de la Reine à Paris, près du pont Alexandre III - à la mémoire du corps expéditionnaire russe ayant combattu en France au cours de la première Guerre Mondiale, et dont 8 000 hommes reposent en France.
JPEG
Ce dernier monument a été inauguré en 2011 par les premiers ministres de nos deux pays, ce qui est assez rare et mérité donc d’être souligné.
Ce qui est remarquable dans cette sculpture, c’est que, bien qu’elle commémore une guerre, elle n’est pas un monument guerrier : on y voit en effet un soldat russe, au repos, abreuver son cheval, dessellé.

Cette approche est une constante de votre œuvre.
J’en veux pour preuve le monument que vous avez dédié, à Moscou, au combattant russe des guerres du XXe siècle. Il représente un jeune homme, assis sur des débris de pierre, s’appuyant sur une mitraillette. Il exprime beaucoup plus la lassitude que l’entrain.

Un tel traitement des commémorations militaires ne va pas de soi. Il vous a d’ailleurs valu quelques tracasseries.
Mais votre message prend tout son sens en ces moments de troubles que traverse le Monde, en particulier au Moyen Orient et en Europe : commémorer les guerres, se souvenir des sacrifices des hommes et des femmes - militaires et civils - qui ont sacrifié leurs vies pour nous assurer la paix et la sécurité, c’est aussi et surtout s’engager pour que le monde soit épargné par de nouveaux conflits.

Cher Vladimir SOUROVTSEV,

Votre message est d’autant plus fort que sur notre continent montent les particularismes, les extrémismes et les nationalismes qui risquent, si nous n’y prenons garde, de nous ramener en arrière, à l’obscurantisme, à l’intolérance, au rejet de l’autre.

C’est celui que je retiens ce soir en vous remettant les insignes de Chevalier de l’Ordres des Arts et Lettres de la République Française.

Je souhaiterai enfin retenir de vous l’homme généreux et fidèle que vous êtes : vous avez souhaité que soient associés et remerciés les artistes et architectes avec lesquels vous avez collaboré pour réaliser tous vos monuments, et dont certains sont présents ce soir : Danila Sourovtsev, Vladimir Siaguine, Oleg Siaguine, Viktor Passenko, Viatcheslav Ivantchenko, Guéorgui Bikov, Igor Voskresenski.
JPEG

Vladimir Souroutsev à quand remonte votre amour pour la France ? JPEG

V.S. : « J’ai connu la France par un ami de 30 ans – Alexandre Avdeev [ancien Ambassadeur de Russie en France et ancien ministre de la Culture de la Fédération de Russie]. Lorsqu’Alexandre était ambassadeur à Paris, il me signalait les concours ouverts par la France. C’est ainsi que j’ai concouru et remporté plusieurs prix à Paris.

Quels sont vos projets ?

V.S. : « J’envisage en ce moment un projet de monument à Antoine de Saint-Exupéry, que je pourrais représenter avec son dernier avion. Ou peut-être avec le Petit Prince… »

publié le 25/09/2014

haut de la page