Message de l’Ambassadeur de France en Russie à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie

20/03/2015

Aujourd’hui, partout dans le monde, est célébrée comme chaque année la Journée internationale de la Francophonie. Ce grand moment de partage entre des centaines de millions d’hommes et de femmes à travers la planète est marqué par des événements culturels, organisés pendant quelques semaines autour de cette date.
Bien au-delà de l’espace francophone, la Francophonie est fêtée dans plus d’une centaine de pays, et notamment en Russie. L’institut français de Russie a fait paraître comme chaque année sur son site l’ensemble des événements que vous pouvez retrouver sur http://www.institutfrancais.ru/fr/moscou. Les ambassades des pays francophones représentés en Russie ont été étroitement associées à la préparation.

Ces Ambassades francophones de Russie vous proposent un riche programme culturel, qui s’est ouvert le 12 mars par un spectacle de théâtre à la Résidence de Belgique et s’achèvera lors de la traditionnelle soirée africaine, le 3 avril, au club Dourov. Opéra, théâtre, contes, poésie, musique, littérature, cinéma... le programme reflète la diversité de la Francophonie d’aujourd’hui. Le festival du film francophone, complété cette année par une nuit du film d’animation, constitue sans aucun doute l’un des temps forts de ces Journées. Des événements spécifiques s’adresseront également aux francophones de Russie, qu’ils soient enseignants, étudiants ou élèves : un tournoi Francofoot a donné le coup d’envoi aux festivités, le 14 mars, tandis que la Dictée du Consul a réuni le 17 mars tous les jeunes linguistes autour de textes francophones. Les enseignants seront invités à réfléchir aux enjeux de la Conférence Paris Climat 2015 et à leur responsabilité d’éducateurs face au changement climatique. Le 25 mars, j’évoquerai, dans le cadre d’une conférence au MGLU avec mes collègues malgache et béninois, la diversité culturelle de l’espace de la Francophonie.

L’actualité francophone a été riche depuis l’an dernier. Elle a naturellement été dominée par le XVe sommet de la Francophonie de Dakar, les 29 et 30 novembre 2014, qui a réuni près de 30 chefs d’Etat et de gouvernement membres de la Francophonie, sur un total de 57 membres et 20 observateurs. Ce Sommet a été marqué par le départ du Secrétaire général de l’OIF M. Abdou Diouf, à l’issue de son troisième mandat, et par la désignation de son successeur Mme Michaëlle Jean. A noter également que le Costa-Rica, le Mexique et le Kosovo ont été admis en qualité d’observateurs et que Madagascar a été désigné par les chefs d’Etat et de gouvernement pour accueillir le prochain sommet en 2016.

Les débats et les textes adoptés lors du Sommet ont porté principalement sur les enjeux politiques et économiques de la Francophonie. Le sommet, dont le thème était « femmes et jeunes en Francophonie : vecteurs de paix et acteurs de développement », s’est déroulé sous le signe de la solidarité francophone : face à l’épidémie d’Ebola qui frappe durement les pays d’Afrique de l’Ouest et face au terrorisme qui continue à toucher de nombreux pays membres, enfin à l’égard des pays en crise et en transition.

Les chefs d’Etat et de gouvernement ont adopté une déclaration comportant trois axes principaux : les valeurs de la Francophonie ; l’emploi des jeunes et la valorisation du rôle des femmes dans le développement ; les politiques de santé publique et le développement durable.
La nouvelle Secrétaire générale Mme Michaëlle Jean a exprimé le souhait de maintenir l’engagement de l’OIF dans la gestion et la prévention des crises et de développer plus encore la dimension économique de la francophonie.

Le Président de la République française, M. François Hollande, a pour sa part énoncé plusieurs priorités de la France pour la Francophonie au cours de 2015 : il a marqué l’importance de la promotion de la langue française et la nécessité pour les francophones de se mobiliser dans la lutte contre Ebola. Il a par ailleurs appelé au respect des constitutions et des valeurs démocratiques car il importe d’agir pour une Francophonie qui intervient en prévention des crises, qui organise des concertations dans les enceintes internationales, qui coopère pour lutter contre le terrorisme sous toutes ses formes, et qui participe dans les opérations de maintien de la paix. Il convient d’œuvrer pour le retour de la paix et de la stabilité dans les pays en crise, d’accompagner les pays en crise dans leur processus de restauration de l’état de droit et de réconciliation nationale, ainsi que pour l’organisation d’élections libres, fiables et transparentes.

Le Président de la République a par ailleurs appelé de ses vœux l’émergence d’une « nouvelle frontière » économique. Le rapport remis le 25 août dernier par M. Jacques Attali au Président de la République française a permis d’identifier les secteurs porteurs (culture, tourisme, numérique, santé, recherche, finance, infrastructures, mines) et de préciser les leviers sur lesquels agir (éducation, normes juridiques, politiques industrielles, réseaux). Les recommandations du rapport sont utiles à la mise en œuvre de la stratégie économique pour la Francophonie, adoptée lors du Sommet, dont l’ambition est de favoriser les partenariats entre l’OIF et les entreprises de l’espace francophone, en faveur de l’éducation professionnelle et de l’accès à l’emploi, mais aussi de l’harmonisation du climat des affaires. Ces recommandations peuvent être déclinées en fonction des priorités de chaque Etat-membre.

Enfin, le Président de la République a appelé à une forte mobilisation de la Francophonie en vue de la Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015 (COP21/CMP11), aussi appelée « Paris 2015 », qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris. C´est une échéance cruciale, puisqu´elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l´objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. La France, qui présidera cette négociation internationale si cruciale pour l’avenir de tous, va donc jouer un rôle de premier ordre sur le plan international, pour rapprocher les points de vue et faciliter la recherche d´un consensus des Nations unies sur cette question majeure.

L’Organisation internationale de la Francophonie a placé depuis longtemps le développement durable au cœur de ses préoccupations. Elle est de ce fait pleinement associée à la préparation de la Conférence Paris Climat. Ainsi la célébration de la Journée internationale de la Francophonie est cette année déployée autour de la thématique : « Jeunes, Environnement et Climat  », avec pour mot de ralliement « J’ai à cœur ma planète ». La Secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a lancé une grande consultation de la jeunesse sur le développement durable. Cette consultation s’achève aujourd’hui. A 11h30, sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris en présence de Anne Hidalgo, Maire de Paris, les représentants des réseaux de la jeunesse francophone - mobilisés par l’OIF, l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) et les opérateurs de la Francophonie : l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), TV5Monde, l’Université Senghor d’Alexandrie et l’Association internationale des maires francophones (AIMF) - remettront à Michaëlle Jean leurs priorités en matière de lutte contre les changements climatiques et de promotion du développement durable.

Comme on le voit, la Francophonie, ce sont donc 80 pays affirmant leur solidarité et leur détermination face aux grands défis mondiaux.

publié le 20/03/2015

haut de la page