Interview au journal "Tikhookeanskaya Zvezda" (Khabarovsk, 3 juillet 2010)

L’Ambassadeur de France en Fédération de Russie Jean de Gliniasty se rendra à Khabarovsk le 5 juillet. Le 6 juillet il visitera également Komsomolsk-sur-Amour. A la veille de sa visite, Jean de Gliniasty a donné un entretien exclusif à « Tikhookeanskaya Zvezda ».

- Monsieur l’Ambassadeur, quel est l’objectif de votre visite ? Quelles sont les perspectives de développement des relations entre la France et la région de Khabarovsk en particulier ?

- L’objectif de cette première visite est de faire connaissance avec les hautes autorités civiles de la région de Khabarovsk, afin de poursuivre le développement de nos relations. Je pense qu’il est important de ne pas limiter mon activité à la capitale, mais aussi d’aller dans toutes les régions de Russie. Je rencontrerai donc le Gouverneur Chport, le maire de la ville Sokolov, ainsi que le polpred Ichaev. Malgré l’éloignement géographique, la France et le kraï de Khabarovsk entretiennent des relations, notamment dans le domaine économique : sont ainsi présentes, par l’intermédiaire de bureaux régionaux ou de distributeurs les entreprises Firelec, FM Logistique, Orange business services, Schneider Electric et les Laboratoires Servier. Komsomolsk sur Amour abrite également l’usine Knaapo, dans laquelle sont construits les Superjet, et comme vous le savez des entreprises françaises, et notamment SAFRAN, DAHER et ACB, entreprises qui font partie de ma délégation, collaborent avec cette usine. Depuis cinq ans environ, les entreprises françaises ont fait de la Russie un de leurs marchés extérieurs prioritaires. Or, je note que la région de Khabarovsk dispose de nombreux atouts : une industrie diversifiée, des infrastructures très développées et une position clé dans le système de transports de l’Extrême-Orient. Je serai donc accompagné par des représentants d’entreprises françaises, qui ont déjà noué des contacts avec des partenaires ici et j’espère que nos relations économiques continueront de s’intensifier !

- Est-ce que la région de Khabarovsk est connue en France ? Et de quelle manière ?

- Votre région est connue en France par le biais de nos explorateurs, qui se sont rendus en Extrême-Orient au XVIIIème siècle. Ainsi, des jésuites français envoyés en Chine par Louis XIV ont mené des expéditions et sont à l’origine de cartes reprises plus tard dans le célèbre atlas Kansa. Il y a aussi le navigateur La Pérouse, envoyé en 1787 par Louis XVI. Ce célèbre marin a longé les côtes de l’Extrême-Orient russe et a fait escale à Terneï, ville qui porte toujours le nom du maître de marine de La Pérouse.

- L’année de la France en Russie et de la Russie en France… Est-ce qu’il y a à ce titre un programme particulier pour l’Extrême-Orient ?

- L’année de la France en Russie et de la Russie en France ne se limite pas à Moscou, bien entendu ! L’Extrême-Orient accueille plusieurs manifestations. C’est à Vladivostok qu’est arrivé le 12 juin le train des écrivains, avec à son bord les plus grands écrivains français contemporains - Jean Echenoz, Patrick Chamoiseau, Dominique Fernandez, Olivier Rolin, pour ne citer que ces quelques exemples. S’y tiennent également des expositions, comme celle au musée Arseniev sur les explorateurs français dont je vous ai parlé précédemment. Il me faut également vous signaler, pour la ville de Khabarovsk plus spécifiquement, un événement qui constitue une première pour notre coopération dans le domaine linguistique. Un séminaire de formation de professeurs de français en TICE (Technologies de l’Information et de la communication appliquées à l’enseignement), organisé par l’ambassade de France, y aura lieu du 20 au 23 septembre. Pendant quatre jours les professeurs de français de l’Extrême-Orient seront invités à participer à des ateliers de formation animés par des universitaires français ainsi que des collaborateurs de l’Ambassade.

- Les bâtiments de guerre français et russes ont déjà procédé à des exercices pour la prévention des incidents en mer. Est-ce que ces exercices conjoints continuent ?

- Ces exercices s’inscrivent dans un cadre plus général de coopération entre nos deux marines. A chaque fois qu’un bâtiment de combat français fait escale en Russie, quelle que soit la zone considérée, nos marins s’efforcent de procéder, avec leurs homologues russes, à ce que l’on appelle des « exercices de coopération opérationnelle marine ». Ces exercices permettent de simuler plusieurs types de situations et de missions : dans le cadre de la lutte contre la piraterie, par exemple, l’inspection d’un navire suspect, mais aussi des opérations de recherche et de sauvetage. Cela produit de très intéressants retours d’expérience particulièrement utiles à nos deux forces marines. Il y a également des manœuvres d’aviation ; typiquement, dans ce cadre, les règles de prévention des accidents sont mises en œuvre.

- Vous êtes-vous déjà rendu en Extrême-Orient ? Et que souhaiteriez-vous voir d’exotique (le fleuve Amour, la taïga, les tigres etc.) ?

- Je me suis rendu à Vladivostok en février de cette année, et malheureusement le temps m’avait manqué pour visiter Khabarovsk. C’est désormais chose faite, et vous me voyez très heureux de faire connaissance avec votre ville et votre région. Je n’aurai pas la possibilité, hélas, de voir la totalité des curiosités de votre région, mais l’avenir m’offrira peut-être l’occasion d’effectuer une visite encore plus complète !

Réalisé par N. MEZENTSEV

publié le 05/08/2010

haut de la page