International Astronautical Congress (IAC 2019)

PNG
70ème Congrès International d’Astronautique (IAC 2019)
Une riche semaine pour le spatial français

Forte participation du CNES
JPEG

Du lundi 21 au vendredi 25 octobre, Washington a été la capitale de l’espace mondial en accueillant l’International Astronautical Congress (IAC 2019).
L’Assemblée Générale de la Fédération Internationale d’Astronautique (IAF) a accueilli 41 nouveaux membres, ce qui porte à 397 le nombre total de membres, représentant 69 pays. La ville de Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan, a été sélectionnée comme ville hôte de l’édition 2022. La nouvelle Présidente de l’IAF, Pascale Ehrenfreund, a pris ses fonctions vendredi 25 octobre et a annoncé son agenda pour les années 2019 - 2022, axé sur le soutien et la facilitation de la gouvernance spatiale mondiale, la stimulation et la promotion de l’économie spatiale et l’influence et la promotion de la défense des intérêts spatiaux. Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, qui a présidé l’IAF depuis trois ans, a été nommé Ambassadeur Honoraire de l’IAF.

Cette 70ème édition du rendez-vous annuel de la communauté spatiale internationale est un événement incontournable pour l’espace français, comme le reflète l’importante délégation qui a représenté la France. De nombreux scientifiques, universitaires et ingénieurs, sont intervenus au nom de leurs institutions, de leurs agences et de leurs groupes industriels. L’innovation, le climat, l’exploration, les lanceurs, les satellites, les applications ou encore la coopération internationale, ont été mis à l’honneur sur son espace d’accueil, lieu de rencontres entre ses experts et leurs homologues internationaux. Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, a rencontré également une vingtaine de ses homologues.

Parmi les temps forts de la participation du CNES à cette 70ème édition, la tenue de la première réunion du Space Climate Observatory (SCO), en présence de nombreuses agences spatiales membres de l’initiative, a permis d’établir une feuille de route pour les deux ans à venir rappelant les objectifs opérationnels du SCO. Celle-ci met notamment l’accent sur les projets concrets et propose un label SCO. Les questions de gouvernance ont été traitées afin que le Comité de Pilotage s’appuie sur un Secrétariat Exécutif et que ces deux entités démarrent la création d’une Charte Internationale permettant de pérenniser l’action internationale du SCO.

Enfin, le CNES et l’ESA ont signé un accord permettant aux deux agences de partager leurs capacités de contrôle et d’interopérabilité des ressources au sol, relatives à l’exploitation d’engins spatiaux. Le rôle de tout centre de contrôle de mission est d’exploiter un instrument spatial en orbite, d’envoyer des commandes et de télécharger des informations sur l’état et le fonctionnement du satellite, ainsi que les données scientifiques vitales recueillies par ses instruments. Le réseau européen des centres d’opérations offrira des possibilités d’action conjointe, de partage des connaissances et d’échange technique et permettra aux ingénieurs et autres professionnels de bénéficier d’échanges croisés.

publié le 29/10/2019

haut de la page