Haut-Karabagh - Déclaration de la porte-parole (26 novembre 2020) [ru]

Le Sénat a adopté le 25 novembre une résolution demandant la reconnaissance par les autorités françaises de la république autoproclamée du Haut-Karabagh. Lors des débats qui ont précédé le vote, M. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État chargé du tourisme, des Français de l’étranger et de la francophonie, a rappelé la position du gouvernement français sur cette question : la France ne reconnaît pas la république autoproclamée du Haut-Karabagh.

Notre responsabilité en tant que co-présidence du groupe de Minsk de l’OSCE est de travailler à une solution négociée du conflit du Haut-Karabagh, notamment sur la question du statut futur du Haut-Karabagh, et l’issue de cette négociation ne saurait être déterminée de manière préalable et unilatérale. Notre priorité aujourd’hui doit aller aux garanties d’un retour sûr des personnes déplacées du fait du conflit intervenu ces dernières semaines. Lors de son intervention devant le Sénat, le secrétaire d’État a relevé en outre qu’aucun État n’avait à ce jour reconnu le Haut-Karabagh.

Pays responsable, fidèle à ses valeurs et à son engagement pour la paix, la France reste déterminée dans ce cadre à voir aboutir un règlement durable du conflit, avec des exigences de sécurité et de dignité pour les peuples de la région. La France continuera à mettre tout en œuvre pour stabiliser la situation dans le Sud-Caucase. Elle restera engagée, dans le cadre pertinent de la co-présidence du groupe de Minsk, pour avancer sur tous les paramètres devant encore être négociés à la suite de l’accord de cessez-le-feu conduit le 9 novembre, notamment s’agissant du départ des mercenaires étrangers déployés durant le conflit ou de la protection du patrimoine historique et culturel de la région.

Nous rappelons par ailleurs l’action structurée d’aide humanitaire engagée par la France au profit des populations touchées par le conflit, et décrite par le communiqué du ministère de l’Europe et des affaires étrangères du 22 novembre.

Questions

Q : Le Parlement azerbaïdjanais a proposé d’exclure la France du groupe de Minsk. Quelle est votre réponse à cela ?

Q : Le Sénat demande au gouvernement de reconnaître la République du Haut Karabakh. Quelle suite allez-vous donner à ce vote ?

Q : Après l’adaptation par le Sénat français d’une résolution pour la reconnaissance du Haut-Karabakh, le parlement azerbaïdjanais a proposé au gouvernement du pays de demander à l’OSCE de retirer la France des coprésidents du groupe de Minsk. Quelle est la réaction de la France ?

R : Je vous renvoie à ma déclaration de ce jour sur le Haut-Karabagh.

publié le 27/11/2020

haut de la page