Ecrivains et intellectuels de Russie et de France. Promenades à travers les archives du XXe siècle

Du 9 février au 3 mars 2013, dans la Salle des expositions des archives fédérales russes aura lieu l’exposition « Ecrivains et intellectuels de Russie et de France. Promenades à travers les archives du XXe siècle » sur les relations uniques tissées au cours du XXème siècle entre les écrivains et intellectuels des deux pays.

Salle des expositions des archives fédérales
Moscou, 17 rue Bolchaïa Pirogovskaïa, tél. +7 495 580-88-25
8 février – 3 mars 2013

Les liens culturels franco-russes ont une tradition multiséculaire. Leur origine remonte à l’introduction en Russie des idées des philosophes-encyclopédistes français du XVIIIe siècle. Le rapprochement culturel des deux pays s’est prolongé le siècle suivant, quand la Russie aristocratique parlait exclusivement en français, et au XXe siècle, quand une puissante vague d’émigration s’est installée en France et a eu une influence significative sur le développement de la pensée intellectuelle française.

JPEG

Le XXe siècle, comme il est bien connu, se caractérise par une confrontation de deux idéologies et deux cultures, unies, d’une certaine façon, dans leurs contradictions. Cette situation s’explique en partie par le fait que l’œuvre de beaucoup de représentants de l’élite intellectuelle française du siècle dernier s’est formée à la jonction des traditions nationales et culturelles russes et françaises. Russes d’origine et de culture, Elsa Triolet (Ella Kagan), Joseph Kessel, Henri Troyat (Lev Tarassov), Romain Gary (Roman Kassev), Nathalie Sarraute (Natalia Tcherniak), Alexandre Kojève (Aleksandr Kojevnikov), ont réussi à travailler et créer dans un milieu différent avec une culture différente. En outre, ils l’ont fait avec beaucoup de succès. Certains ont obtenu le prix Goncourt (Troyat, Gary) ou sont devenus membres de l’Académie française (Troyat) ou ont donné naissance à de nouveaux courants littéraires (Nathalie Sarraute).

La formation et les premiers pas en Russie du jeune état socialiste ont suscité un fort intérêt dans le monde. Les écrivains et les intellectuels français ont suivi avec intérêt le développement de la réflexion politique et sociale en Union Soviétique, qui mettait au premier plan la fonction citoyenne importante de l’intelligentsia soviétique, à savoir la formation d’un homme nouveau. Une telle position s’est imposée à beaucoup d’intellectuels français.

L’élite française la plus à gauche avait hâte de voir de ses propres yeux. C’est en cela, sans aucun doute, que résidait le grand succès de la « diplomatie culturelle » soviétique. En URSS, sont venus et ont activement participé à la vie sociale et culturelle du pays, Louis Aragon, Elsa Triolet, Romain Rolland, Henri Barbusse, Maurice Druon, Henri Malraux etc. Beaucoup d’entre eux ont préféré « fermer les yeux » sur les inévitables défauts et même les vices de la « nouvelle société », certains ont reçu des prix nationaux soviétiques. D’autres, comme André Gide, Albert Camus, Jean-Paul Sartre ont vite été déçus et ont commencé à critiquer ouvertement l’URSS.

Le désir de comprendre le passé dans ses contradictions et sa complexité, de réfléchir sur l’entrelacement des destins humains, sur les recherches artistiques et philosophiques des intellectuels de Russie et de France, voilà les thèmes d’une nouvelle recherche à laquelle conduit ce projet d’exposition « Intelligentsia. Entre France et Russie. Archives inédites du XX° siècle ». Dans sa version russe l’exposition s’intitule « Ecrivains et intellectuels de Russie et de France. Promenades à travers les archives du XXe siècle »

Peut-être, pour la première fois des linguistes et spécialistes de littérature, des historiens et archivistes des deux pays se sont rassemblés pour évoquer les liens scientifiques, littéraires et philosophiques entre la Russie et la France de 1917 à 1991.
Evénement central et en même temps final des Saisons de la langue et la littérature russe dans la République Française et de la langue et la littérature française dans la Fédération de Russie, ce projet a focalisé une expérience de plus de 70 ans de communication interculturelle entre les deux pays.

Divisions thématiques de l’exposition :
- Des diplomates français écrivent sur la Russie bolchévique et des diplomates soviétiques écrivent sur la France
- Écrivains de la première vague d’émigration en France
- Savants entre la France et la Russie
- Voyages de Français en URSS et de Soviétiques en France
- L’URSS et l’Exposition universelle de Paris en 1937
- Premier congrès national des écrivains soviétiques en 1934
- Intellectuels français face au totalitarisme soviétique
- Visite de Khrouchtchev en France. Samizdat et tamizdat. Editions russes et traductions françaises.

Organisateurs et participants :
Archives d’Etat de la Fédération de Russie
Archives russes d’État d’histoire sociale et politique
Archives russes d’Etat d’art et de littérature
Archives russes d’État de documents cinématographiques et photographiques
Archives russes d’Etat d’histoire contemporaine
Archives de la politique extérieure de la Fédération de Russie auprès du Département de la documentation historique du Ministère des Affaires Etrangères de Russie
Archives centrales du FSB de Russie
Archives de l’Académie des Sciences de Russie
Complexe d’expositions « ROSIZO »
Institut Français
Archives nationales de France
Bibliothèque nationale de France
Bibliothèque de la documentation internationale contemporaine
Archives du Ministère des Affaires étrangères
Archives de la Seine Saint-Denis
Musée d’art et d’histoire de Saint-Denis
Archives privées

publié le 09/02/2013

haut de la page