CNES

JPEG

CNES

L’espace, une ambition pour la France

Doté de nombreux atouts, le Centre National D’Études Spatiales joue un rôle clé sur la scène spatiale, européenne et internationale en étant à la fois une force d’impulsion, un moteur de proposition et un centre d’expertise technique.

Les activités du CNES se répartissent en cinq domaines d’intervention, qui recouvrent l’ensemble des compétences nécessaires à la définition et à la mise en œuvre de la politique spatiale française :

  • Ariane : l’autonomie d’accès à l’espace est un enjeu de souveraineté garanti par la gamme de lanceurs européens ;
  • Les sciences : l’exploration de l’espace recherche les réponses aux questions fondamentales de l’humanité sur l’origine du système solaire, des galaxies, de la vie… ;
  • L’observation : la planète Terre vit sous le regard constant des satellites qui l’observent, étudient son atmosphère et fournissent des données indispensables pour la météorologie, l’océanographie, l’altimétrie… ;
  • Les télécommunications : les satellites jouent un rôle irremplaçable pour les télécommunications à haut débit, la localisation, la collectes de données environnement ;
  • La défense : l’observation optique à très haute résolution, l’écoute, les télécommunications hautement sécurisées, la surveillance de l’espace contribuent à la paix et à la sécurité des citoyens.

En 2016, le budget du CNES est resté à un niveau très élevé qui montre la haute priorité donnée au spatial dans un contexte budgétaire restreint. Ce budget de 2 125 M€ a été financé par des recettes issues : de subventions d’État : 1 451 M€, de financement du Programme d’Investissements Avenir : 68 M€, de contrats externes : 606 M€.

La coopération spatiale franco-russe

Historiquement, la Russie a été l’un des partenaires les plus importants de la France dans le domaine spatial, avec un premier accord intergouvernemental signé dès l’époque de l’Union Soviétique en 1966, renouvelé en 1996 et complété en 1999. Dans les années 2000, une coopération majeure s’est construite autour du programme Soyouz au Centre Spatial Guyanais. Elle est encadrée par l’accord intergouvernemental de 2003 concernant aussi les lanceurs futurs et par l’accord de 2007 entre le CNES et Roscosmos, qui précise les conditions de sécurité du programme. Le 30 juin 2016, la coopération spatiale entre la France et la Russie était à l’honneur, le CNES célébrait le 50ème anniversaire du premier accord de coopération entre les deux pays. Depuis 50 ans, les deux pays ont conduit ensemble de nombreux programmes emblématiques dans les domaines des sciences, des vols habités et des lanceurs, qui ont permis l’établissement de véritables relations industrielles :

  • L’exploitation de Soyouz au Centre Spatial Guyanais : cette coopération revêt un caractère exemplaire avec 17 lancements Soyouz depuis le Centre Spatial Guyanais déjà réalisés. Après deux lancements très significatifs pour la France et l’Europe en 2016 (Microscope, Sentinel-1B et Fly Your Satellite, puis les 13ème et 14ème satellites Galileo), Soyouz au Centre Spatial Guyanais a réalisé en 2017 ses deux premiers lancements de satellites de télécommunications en orbite de transfert géostationnaire ;
  • Service de localisation et de sauvetage : la Russie est également signataire avec la France, les États-Unis et le Canada, de l’accord international qui régit depuis 1988, le fonctionnement du programme de recherche et sauvetage Cospas-Sarsat ;
  • Les sciences spatiales : la Russie est partenaire de programmes spatiaux auxquels la France participe à travers sa contribution à l’ESA. Elle est ainsi associée à l’ESA dans le cadre du programme d’exploration ExoMars, dont la première mission a été lancée avec succès par Proton le 14 mars 2016, la deuxième mission devant à présent être lancée en 2020 ;
  • La Station spatiale internationale : l’ensemble d’expériences Cardiomed est développé par le CNES en coopération avec l’IMBP (Institute for Biomedical Problems) en Russie, il permet de mesurer l’impact de la micropesanteur sur le système cardio-vasculaire des occupants de la Station spatiale internationale. L’équipement a été mis en place en février 2010. La Russie a également permis les vols de 6 astronautes français depuis 1982, dont le Français Thomas Pesquet qui a rejoint, le 17 novembre 2016, la station spatiale internationale grâce à un vaisseau Soyouz. Son retour sur Terre le 2 juin a été un événement suivi par la France entière dont le Président de la République, présent pour l’occasion au Siège du CNES ;
  • La coopération universitaire : en complément, on peut aussi noter des échanges réguliers dans le domaine universitaire entre les universités russes Bauman, Lomonossov, Zelenograd et les universités françaises Montpellier, Grenoble, Toulouse.

Pour poursuivre et renforcer la coopération spatiale franco-russe, le CNES et Roscosmos discutent de nouvelles possibilités de coopération : expériences en sciences de la vie à mener lors du vol de la prochaine capsule récupérable russe Bion, étude du Soleil grâce au projet russe Interhelioprobe, utilisation de l’expertise française en robotique et navigation pour le programme d’exploration lunaire russe.

Le rôle du bureau du CNES en Russie

Le bureau du CNES à Moscou assure pour le domaine spatial de multiples fonctions :

  • lien entre les autorités et organismes des deux pays ;
  • suivi et soutien des partenariats en cours ;
  • veille politique et technologique, afin notamment d’identifier de nouveaux partenariats potentiels ;
  • soutien aux entreprises françaises ;
  • organisation de manifestations bilatérales et de visites en France ou en Russie ;
  • soutien à la coopération euro-russe ;
  • participation aux actions de promotion de l’excellence scientifique et technologique française.

Placé sous l’autorité directe de son Excellence Mme l’Ambassadeur, Sylvie BERMANN, le bureau du CNES, travaille en étroite collaboration avec le service pour la science et la technologie de l’ambassade et au-delà, avec l’ensemble des services du dispositif diplomatique établi en Russie. Le bureau du CNES entretient également des liens suivis avec les entités européennes et internationales impliquées dans le domaine spatial.

Publications bureau du CNES

Le bureau du CNES à Moscou publie régulièrement un Bulletin de Veille Espace, ainsi que des notes sur le spatial russe et la coopération franco-russe. Pour recevoir ces informations cliquer ici.

Contacts

PNG

Didier COLLIN - Conseiller Spatial et Représentant du CNES en Russie

+7 495 937 24 94
didier.collin@diplomatie.gouv.fr

JPEG

Emeline DE ANTONIO - Chargée de coopération spatiale et Adjointe du Représentant du CNES en Russie

+7 495 937 24 93
emeline.de-antonio@diplomatie.gouv.fr

publié le 19/03/2018

haut de la page