50ème anniversaire de la signature du premier accord de coopération spatiale entre la France et la Russie

Frédéric Mondoloni, Ministre-Conseiller de l’Ambassade de France en Russie, Jean-Yves Le Gall, Président du CNES et Mikhail Khailov, Directeur adjoint de Roscosmos Mikhail Khailov ont inauguré ensemble l’exposition « 50 ans de coopération spatiale franco-russe », le 20 juin 2016 au Musée Mémorial de la Cosmonautique de Moscou.

Les relations privilégiées qu’entretiennent la France et la Russie dans le secteur spatial ont débuté il y a 50 ans, alors que le Général de Gaulle, en visite en URSS, signait le premier accord de coopération spatiale entre les deux pays. Jean-Yves Le Gall a qualifié ce premier accord « d’acte politique visionnaire de portée internationale, la France devenant ainsi le premier partenaire occidental de l’URSS dans le domaine spatial. » Depuis, la France et la Russie ont conduit ensemble de nombreux programmes emblématiques dans les domaines des sciences, des vols habités et des lanceurs, qui ont permis l’établissement de véritables relations industrielles et en particulier, la création de la société euro-russe Starsem et l’implantation du lanceur Soyouz au Centre Spatial Guyanais.
L’année anniversaire 2016 a d’ores et déjà été jalonnée de nombreux succès : le lancement en mars par Proton à Baïkonour d’ExoMars 2016, le lancement par Soyouz au CSG des satellites Sentinel-1B, Microscope et Fly Your Mission ! en avril et de deux satellites Galileo en mai. La mise en orbite martienne d’ExoMars 2016 et le lancement par Soyouz à Baïkonour de Thomas Pesquet (10ème Français à séjourner dans l’espace) en octobre et novembre a couronné l’année 2016.

À l’occasion de ce jour anniversaire, Jean-Yves Le Gall a déclaré : « Avec Roscosmos et tous nos partenaires russes, nous nous sommes engagés ensemble vers de nouvelles coopérations ambitieuses pour pérenniser ces 50 années de succès. Si la coopération spatiale entre la France et la Russie est historique, diversifiée et dense, elle est résolument tournée vers l’avenir. Au-delà des programmes engagés, son futur sera aussi d’innover, tant au niveau industriel que scientifique. Les sujets scientifiques ont une première feuille de route pour les 10 prochaines années, avec notamment l’exploration du système solaire, la physique solaire, l’environnement terrestre, les sciences de la vie et de la matière en microgravité. »

publié le 04/07/2017

haut de la page